Collections en ligne

Les collections du musée | Musée national de la Marine

Oeuvre : Précisions

Aller plus loin :
Numéro d'inventaire : 
13 MG 3
Création / Exécution : 
<p>maquettiste : CUPIN Sébastien (1715 - 1775)<br/>lieu de création : Brest<br/>date de création : entre 1764 et 1765</p><p>sur plans de : OLLIVIER Joseph Louis (1729 - 1777)</p><p>auteur : Atelier de modèles des arsenaux<br/>lieu de création : Brest</p>
Notes sur les réalisations : 
Modèle réalisé entre 1764 et 1765, pendant la construction du vaisseau à Brest, à la demande du chevalier d'Oisy futur commandant du vaisseau.
Titre : 
<p>Artésien, vaisseau de 64 canons, 1765</p>
Dénomination : 
<p>Maquette de bateau</p>
Genèse : 
<p>Modèle d'Arsenal</p>
Domaine(s) : 
Description : 
Les vaisseaux de 64 canons sont les deux-ponts les plus utilisés dans les lignes de combat entre 1730 et 1780. Ils mesurent 50 mètres de long sur 13 mètres de large. Près de six cents hommes y sont embarqués. Plusieurs d’entre eux s’illustrent pendant la guerre d’Indépendance américaine (1778-1783), comme L’Artésien représenté ici.
Ce modèle a été réalisé pendant la construction du vaisseau à la demande de son futur commandant, le chevalier d'Oisy, puis envoyé à Versailles pour être offert au roi. Véritable chef d’œuvre de l’art du modélisme, il possède des sculptures de poupe et de proue d’une grande finesse. Il a servi à partir de 1769 aux leçons de marine données par Nicolas Ozanne au Dauphin, futur Louis XVI, et à ses frères. Démontable à l’origine, il permettait d’identifier les parties du navire et d’expliquer la manœuvre de manière théorique. En 1810, il est choisi pour la galerie de Trianon, probablement afin d’y illustrer les vaisseaux de la marine antérieure à Sané et de permettre des comparaisons avec ceux de Napoléon.
Ce modèle entièrement gréé et voilé du vaisseau comporte l'ensemble de l'artillerie.
Le gréement est représenté "en panne", c'est à dire que le vaisseau est à l'arrêt. Cette disposition date de la fin du 19e siècle, à la demande de l'Amiral Pâris. Il avait en effet fait représenter l'embarquement d'une chaloupe, spécialement réalisée en 1878 par le maquettiste Charles Hamelin, et aujourd'hui disparue.
Matières et techniques : 
<p>bois <i>(coque)</i></p><p>bois <i>(mâture)</i></p><p>fibre végétale <i>(voiles)</i></p><p>fibre végétale <i>(cordage, gréement)</i></p><p>laiton <i>(artillerie)</i></p><p>fer</p>
Mesures : 
<p>H. 205 cm, l. 102 cm, L. 262 cm, Poids 58.8 kg, échelle 1/28,8</p><p>H. 211 cm (avec socle)</p>
Date de l'acte d'acquisition : 
1828
Ancienne(s) appartenance(s) : 
Expositions : 
<p>2011, Trois siècles de Génie Maritime, la construction navale en France, MnM, Paris</p><p>2014, Maquettes de la marine impériale, collection du musée de la Marine, Grand Trianon, Versailles</p>
Quand : 
entre 1764 et 1765
Où :